Lève le doigt

Texte issu d’un carnet de route  » Les nuits dehors  »

Tout ça les faits sourire
Le slam sur le rocher et le beat sur la vague
Ma rime n’est que flou, lorsque mes pensées se perdent dans les cheveux de la mer
Alors je bois à la lie de la vie
Là où il n’y a plus rien où rien ne se passe, où mon esprit est entre positif ou négatif
La frontière devient la tangente d’une vie consumée, je m’barre j’ai la nausée.

Zian